« ÉcoEntrepreneur », une accréditation écologique signée Archibio !

Archibio, lancera au début de l’année 2013 « ÉcoEntrepreneur », une accréditation écologique pour les constructeurs et entrepreneurs généraux, qui concerne la construction et la rénovation. L’accréditation « ÉcoEntrepreneur » est réalisée en partenariat avec Écohabitation et est appuyée par l’APCHQ.  

Pascal Morel, directeur d’Archibio, explique la nécessité de ce programme : « Plusieurs barrières empêchent les entrepreneurs d’agir en faveur du développement durable. S’ils assimilent les notions d’efficacité énergétique grâce au programme Novoclimat, ils cherchent encore des repères en ce qui a trait à l’habitation écologique. Ils peinent à suivre le rythme rapide du développement des produits, services et techniques écologiques». De plus, les Québécois sont de plus en plus demandeurs d’entrepreneurs capables de répondre à leurs attentes dans le domaine de la construction et de la rénovation écologiques.

 

Les bonus de la certification « ÉcoEntrepreneur »
Si des programmes comme LEED ou Novoclimat permettent de certifier des maisons ou accréditent des entrepreneurs pour leur expertise en efficacité énergétique, « ÉcoEntrepreneur » est le premier projet visant à reconnaître l’entrepreneur pour l’ensemble de ses pratiques écologiques.

L'accréditation ÉcoEntrepreneurs va au-delà de l’efficacité énergétique en imposant le recours à des produits et matériaux verts, et dresse une liste de dix gestes à suivre pendant la construction. Cette certification permettra à l’entrepreneur de s’afficher officiellement comme ayant des pratiques plus respectueuses de l’environnement.

 «Nous avons organisé plusieurs réunions et groupes de discussion avec les entrepreneurs, nous avons ensuite articulé et construit le projet autour de leurs besoins et de leurs attentes », explique Pascal Morel. « ÉcoEntrepreneur » est composé de deux volets : une formation et un cartable technique.

 

La formation ÉcoEntrepreneur
La formation vise, dans un premier temps, à outiller ces preneurs de décisions en termes de méthodes et de connaissances pratiques pour réaliser des constructions et rénovations (C&R) écologiques. Cette formation sera aussi composée d’un volet marketing afin que l’entrepreneur puisse être à même de communiquer et d’informer son client.

 

Le cartable technique « ÉcoEntrepreneur »
Ensuite, le cartable sera leur référence technique, consultable en tout temps, il relatera les informations pratiques et proposera une liste de fournisseurs de produits écologiques. L’accréditation permettra aux entrepreneurs de se distinguer auprès de leur clientèle en affichant leur savoir-faire et leurs intentions écologiques. Pascal Morel précise que les entrepreneurs accrédités devront effectuer des constructions écologiques reconnues par des programmes établis et suivre une formation continue pour conserver leur titre.

Les entrepreneurs Novoclimat, ou participant aux programmes tels que LEED et « Victoriaville Habitation durable » auront un accès plus direct à l’accréditation « ÉcoEntrepreneur ». Contrairement aux autres entrepreneurs, qui devront construire une maison écologique pour être accrédités, ils pourront faire valoir les projets qu’ils ont réalisés. Mais ils devront, comme les autres, suivre une formation de plusieurs heures, une formation continue, passer un examen, adopter le code d’éthique, etc.

Archibio travaille fort sur son accréditation, et sera en mesure de donner beaucoup plus de détails dans les mois qui viennent. À suivre, donc!

Pour plus d’informations : pascalmorel@archibio.qc.ca

Le partenaire principal d’Archibio est le Fonds d’action québécois pour le développement durable (FAQDD), et son partenaire financier, le gouvernement du Québec.

Navigation

À propos La Ruche Découvrez Formation ÉcoEntrepreneur
Mission Posez une question Bois cordé Nos formations Programme d’accréditation ÉcoEntrepreneur
Historique   Chanvre    
Conseil d'administration   Cob    
Équipe   Earthship    
Rapport d'activités   Enduits à la chaux    
Contact   Paille    
    Permaculture